le 13 octobre, votez

Vendredi 13 octobre, vous pourrez élire vos représentants dans les établissements scolaires de la commune. Maternelle, élémentaire, collège. Vous votez dans tous les établissements où vous avez des enfants mais vous ne votez qu'une fois par établissement.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, pensez à glisser votre bulletin dans l'enveloppe de vote par correspondance et déposez le jusqu'à la veille du scrutin.

 

 

Une rentrée globalement positive

Cette rentrée 2017 s’est globalement très bien passée : les enfants ont retrouvé ou découvert avec plaisir leur école… même si certains seraient bien restés encore un peu en vacances !

Semaine de 4 jours

Globalement, le retour aux 4 jours est, du point de vue des parents, un soulagement. Selon l’étude réalisée par l’UNAAPE sur les rythmes scolaires, près de 60 % des parents souhaitaient le retour aux 4 jours dès cette année.

En effet, la mise en œuvre de la réforme à Joinville ne correspondait pas aux ambitions du législateur. Le positionnement de deux heures de cours le mercredi matin générait beaucoup d’incohérence organisationnelle et de fatigue pour les enfants.

Le retour à la semaine de 4 jours n’a pas donné lieu à trop de cafouillages, les parents ayant intégrés les nouveaux horaires sans difficulté notable (ouverture des écoles 15 minutes plus tôt que l’an dernier, etc.). Il semblerait que le pont de Joinville, lui, soit embouteillé un quart d’heure plus tôt le matin – ce qui prouve bien que les rythmes scolaires impactent toute la vie de notre commune !

Périscolaire

L’UNAAPE souhaite que le retour à la semaine de 4 jours soit l’occasion de poursuivre le développement d’une politique périscolaire ambitieuse. Loin de pâtir de l’abandon des 4,5 jours, les activités périscolaires doivent gagner encore en qualité.

Nous sommes prêts à accompagner et à participer à l’amélioration constante des services périscolaires. Nous voulons, avec la Mairie, construire un cadre dans lequel nos enfants pourront grandir sereinement et s’ouvrir au monde extérieur, en complément de leur temps scolaire où ils apprennent à le comprendre.

Comme il était essentiel de dresser un bilan de l’existant et après avoir tenté de mettre en place une évaluation commune avec la Mairie, nous avons conduit un grand sondage, inédit, pour recueillir la parole des parents et des enfants sur les temps périscolaires (document cité – voir note de bas de page).

Nous espérons que les demandes des parents qui ressortent de ce sondage seront prises en compte et qu’elles serviront de base aux travaux du prochain comité de pilotage du Projet éducatif territorial (PEDT).

Ouverture de classe

Une classe a été ouverte à l’école élémentaire Eugène Voisin.

Cette nouvelle classe était prête pour la rentrée et a été équipée par la Mairie comme le souhaitaient le directeur de l’école, l’équipe enseignante et les parents.

Piscine

C’est à la piscine de Nogent sur Marne que nos enfants effectuent habituellement leurs cours de natation.

Celle-ci, malheureusement vieillissante, doit a priori fermer pour travaux toute l’année. Mais le maire de Nogent semble décidé à essayer de repousser la rénovation, ce qui permettrait de disposer de créneaux pour les scolaires de Joinville.

Bienvenue

Nous avons également une nouvelle inspectrice d’académie, madame Alexandra Pouget, à qui nous souhaitons la bienvenue.

À noter que la circonscription académique a été légèrement modifiée : le Perreux-sur-Marne vient rejoindre Joinville-le-Pont et Nogent-sur-Marne.

 

 

Village des associations

Le 9 septembre, l'Unaape était présente au village des associations, place du 8 mai 45.

Cette année, pluie et nuages se sont également invités mais n'ont pas altérés la bonne humeur de tous.

 

 

Rentrée 2017

Presque 3000 élèves ont repris le chemin des écoles et collèges de notre commune. Des ce matin, c'est un quart d'heure plus tôt que les enfants des écoles primaires avaient rendez-vous pour leur premier jour de rentrée. Pour les parents, il aura fallut en deux mois à peine organiser le retour à la semaine de quatre jours décidé par la commune au mois de juillet !

Retour sur l'année passée et perspectives pour cette nouvelle année avec notre Clap, nous souhaitons à tous les élèves et leurs parents une trés belle année scolaire !

 

 

 

Représentants des parents d’élèves, mission impossible ?

 Le représentant des parents d’élèves, soumis à la triple pression du contexte sécuritaire, de la « crise des médiations » et du manque de moyens, voit sa fonction – son rôle dans la communauté éducative – évoluer à grands pas. Ces changements, qui le poussent à s’adapter, l’interpellent directement sur l’efficacité de sa fonction. Réflexions au fil de l’eau d’un représentant des parents d’élèves. 
Le contexte sécuritaire – et plus précisément le plan Vigipirate – a fermé aux parents certaines des écoles de leurs enfants. C’est le cas à Joinville-le-Pont, où je vis, comme dans d’autres communes. Nous déposons et récupérons désormais nos enfants devant la porte et les occasions de rentrer dans l’école (fête de fin d’année, réunion d’information, etc.) sont rarissimes. Pour être tout à fait compréhensible, cette fermeture est extrêmement dommageable à la connaissance mutuelle et à l’interaction entre les parents d’élèves, les équipes enseignantes et périscolaires. 
(…..) Face à cette quasi-disparition des moments d’échanges, malgré tous les efforts de disponibilité des équipes pédagogiques, il ne faut pas s’étonner, alors, que les questionnements des parents soient plus nombreux, la confiance parfois plus fragile – et l’école perçue comme étant de plus en plus lointaine.
 
 Dans ce contexte, le représentant des parents d’élèves doit, bien plus qu’avant, pouvoir entrer dans les écoles pour exercer un devoir de témoignage. Il doit en particulier avoir accès à ces moments où la vie scolaire suscite chez les parents le plus de questionnements. C’est par exemple particulièrement le cas en maternelle pour la pause méridienne, où se succèdent des séquences d’hygiène, de restauration, de repos, d’activités et qui concentre souvent beaucoup des angoisses parentales : comment mange-t-il ? Va-t-il aux toilettes avant d’aller à la sieste ? Que fait-elle en attendant la reprise des cours ? Le représentant doit donc pouvoir assister de bout en bout à ce temps méridien, accompagner les enfants partout, de leur classe à la cantine, de la cantine aux activités. La visite à la cantine une fois par an, où l’on mange des plateaux pour adultes servis à une table à part, ce n’est pas vraiment ça qui nous intéresse. On ne devrait pas être obligé de demander la permission à tout un tas de gens qui nous font bien comprendre qu’ils nous autorisent à entrer dans l’école uniquement à titre exceptionnel et dérogatoire ! (..…) Le représentant des parents d’élèves doit être le bienvenu à l’école.

Témoin de ces temps si importants dans la vie de nos enfants, le représentant peut ensuite communiquer son expérience – il raconte aux autres parents ce qu’il a vu, ce qu’il a compris. Il rassure, souvent. Il doit aussi rendre compte de ce regard « extérieur » aux équipes pédagogiques – y compris pour partager des questionnements, pour essayer d’améliorer ensemble un service qui, après tout, est public.(..…)
Quoi qu’il en soit, Vigipirate – et la fermeture des établissements – change profondément le rapport à l’école, les fonctions de chacun. Les équipes enseignantes et périscolaires, tout comme les représentants de parents d’élèves, doivent (ré)agir et se (re)positionner en conséquence. 

Notre capacité à représenter les parents est, elle aussi, régulièrement interpellée – de plus en plus peut-être, puisque nos sociétés évoluent vers un effacement du tiers, du fait de la « crise des médiations » chère à Marcel Gauchet. « À quoi servez-vous ? » nous demande-t-on parfois – quand on ne se méfie pas tout simplement de ces parents qui disent les représenter tous… Cette remise en cause, ce doute fondamental sur notre mission de médiation, ne peut trouver de réponse que dans une efficacité renouvelée, qui découlera d’un renforcement de notre niveau de représentativité. Nous devons constamment chercher à la renforcer, cette représentativité, tant il est indispensable, aujourd’hui plus qu’hier, d’asseoir notre action sur la parole des parents. À nous de trouver tous les outils nécessaires à cette consultation. Par des sondages, des appels à participation (pour établir l’ordre du jour des Conseils d’école, par exemple), par le biais de lieux et de temps d’échanges informels – il existe mille moyens pour recueillir la parole des parents.
 
Régulièrement, nous devons revenir vers eux pour « réactualiser », en quelque sorte, notre mandat. (..…) Il est vrai que les fédérations n’ont pas toujours été représentatives des parents(…). Elles veulent sans doute, de temps en temps, éduquer les parents, orienter leurs demandes, les trier – pour ne retenir que celles qui correspondent à leur vision d’un ordre établi, où le représentant des parents d’élèves sait mieux que le « simple » parent. Il ne faut pas hésiter, en ce domaine, à rappeler une vérité indépassable : notre légitimité et notre mandat nous viennent des parents, et uniquement d’eux ; nous portons leur parole.

Il n’est pas inutile en effet d’avoir quelques certitudes sur lesquelles s’appuyer, en tant que représentant des parents d’élèves (..…) Ainsi, nous sommes les interlocuteurs de plusieurs groupes de personnes : les équipes scolaires « Éducation nationale » ; les équipes périscolaires (employées par la Mairie pour les maternelles et les élémentaires) ; les équipes municipales (élus et fonctionnaires) ; les autres associations de parents d’élèves – je ne compte pas les parents, qui ont voté pour nous et dont nous sommes « l’émanation ».

Il faut trouver le temps de parler avec tous ces gens-là, de se coordonner, d’articuler ensemble des positions communes ; il faut aussi se documenter, s’informer, animer une association, organiser des élections, intervenir en urgence pour résoudre tel ou tel problème, organiser des évènementiels, tenir des comptes, rédiger des rapports, participer à des commissions.  
 
Et tout cela, sans moyens – sinon bénévoles. Il est impossible de parler du rôle des représentants des parents d’élèves sans évoquer la question des ressources. Car nous n’avons pas de budget (ou si peu), pas d’aménagement du temps de travail, pas de rémunération . (..…)

Comment, dans ces conditions, mener une action sérieuse et efficace ? Et bien, on y arrive, à coup de dépenses personnelles, de temps incalculable, de réunions tardives. Un jour, sans doute, un gouvernement méritoire qui voudra réellement associer les parents à la vie de l’école se penchera sur cet aspect-là de notre fonction : la dissymétrie criante de ressources entre nos interlocuteurs et nous. Certes, c’est moins vrai pour les grandes fédérations de parents d’élèves, qui ont des moyens mutualisés ; il existe par ailleurs quelques dispositifs (congés de représentativité par exemple) permettant de défrayer des représentants de parents, mais ils ne s’appliquent pas au niveau local… Bien sûr, il ne s’agit ni de professionnaliser ni de rémunérer le représentant des parents d’élèves, mais il faut juste lui donner les moyens de fonctionner. Car son action, n’est-ce pas, est d’utilité publique. Les associations de parents d’élèves pourraient (..…) participer à l’orientation des budgets municipaux scolaires ou d’une partie de ces budgets, dans un esprit « participatif ». Leurs membres pourraient bénéficier d’un modeste aménagement de leur temps de travail, pour leur permettre de participer aux Conseils d’école, aux conseils de classe, aux réunions avec la Mairie, aux obligations associatives, etc. Des pistes de réflexion existent ; il faut les explorer.

Alors que le gouvernement – comme tant d’autres avant lui – souhaite remodeler l’école, que le contexte nous oblige à revisiter nos missions, alors que notre légitimité et notre efficacité sont régulièrement interrogées, que nos missions sont rendues difficiles du fait du manque de moyens, nous avons tout de même un rôle à jouer auprès des parents et au sein de la communauté éducative – dont nous sommes, rappelons-le, membres de plein droit. Nous servons à témoigner, à informer, à représenter, à porter la parole et les préoccupations des enfants et de leurs parents partout où elles doivent être entendues.

Etienne Galliand

 

Sondage rythmes scolaires et temps periscolaires, les résultats

Merci à tous les parents !

Proposé par l’UNAAPE Joinville, conçu et mis en œuvre en partenariat avec la PEEP et en association avec la FCPE, voici les résultats du tout premier sondage unitaire des associations de parents d'élèves de Joinville. 

Parce que les questions touchant aux rythmes scolaires et aux temps périscolairessont bien souvent au centre des préoccupations parentales, parce que le contexte politique se prête à un retour à la semaine de 4 jours, l'UNAAPE a estimé qu'il était essentiel de recueillir avant la fin de l'année scolaire 2016-2017 la parole des parents des établissements primaires (maternelle et élémentaires) de la commune. 

Avec plus de 430 réponses, ce sondage complet, autant quantitatif que qualitatif, permet pour la première fois de présenter le degré de satisfaction des parents - et, pour certaines questions, des enfants - sur l'organisation de la semaine scolaire. Tous les résultats (chiffres et commentaires anonymisés) sont mis à la disposition des parents et ont été présentés officiellement le 21 juin 2017 à M. le Maire et à ses adjoints en charge de la vie scolaire et périscolaire. 

Ils mettent en lumière des demandes très largement partagées par les parents (plus de souplesse pour les inscriptions et les annulations sur le Portail Famille, une meilleure information sur les activités périscolaires, un retour "immédiat" à la semaine de 4 jours, etc.) mais aussi des causes de nette satisfaction (temps de sieste en maternelle, mais aussi restauration scolaire, par exemple). 

Que les appréciations des familles soient majoritaires ou non, l'UNAAPE, respectueuse de son mandat, portera le point de vue des parents auprès de ses partenaires institutionnels.

Pour télécharger le document, cliquez ici

 

 

Sondage Rythmes scolaires et temps périscolaires à Joinville-le-Pont

Alors que la fin de l’année scolaire approche à grand pas, il nous paraît important de vous donner une dernière fois la parole sur un sujet essentiel pour la vie de nos enfants : les rythmes scolaires !

De nouvelles réformes gouvernementales (dont la remise en cause de la semaine de 4,5 jours, rendue possible dès la rentrée 2017) ainsi que la nécessité d'avoir votre avis sur le dispositif périscolaire en place justifient aujourd'hui un rapide sondage, pour être sûr de vous représenter au mieux.

L’organisation des rythmes « scolaires » concerne toute la semaine d’un élève, y compris les temps dits « périscolaires ». De l’accueil du matin à l’accueil du soir, en passant par la pause méridienne (cantine, activités et sieste) et l’accueil de loisirs (mercredi et vacances), les temps périscolaires ponctuent en effet la journée de nos enfants ; nous en sommes tous usagers – exceptionnellement ou régulièrement.

Les quelques questions que vous trouverez ci-dessous n’occuperont que quelques minutes de votre temps et vous avez jusqu’au lundi 12 juin 2017 pour y répondre.

Vos impressions, vos remarques et vos ressentis (ainsi que ceux de vos enfants) sont précieux – merci de bien vouloir nous en faire part.

UNAAPE et PEEP Joinville le Pont

 

Pour participer au sondage : https://tinyurl.com/reforme-rythmes-scolaires

 

 

 

Sensibilisation de nos élus

En cette période de campagne législative, nous avons essayé de sensibiliser les candidats à la sécurité autour du carrefour de la rue de Paris fréquenté par les élèves des écoles du Parangon, Eugene Voisin, du Centre et du college Charcot. Avec les deux autres associations de parents d'élèves de la commune, voici ci-dessous le texte que nous leur avons envoyé. 

 

Madame, Monsieur

En tant que Présidentes et Président des associations de parents d’élèves de Joinville-le-Pont – commune située dans la 8e circonscription du Val-de-Marne, pour laquelle vous concourrez à la députation –, nous souhaitons attirer votre attention sur une problématique de sécurité qui nous préoccupe grandement.

Le trafic routier qui se concentre sur le carrefour situé au croisement entre la rue de Paris et l’avenue Kennedy représente en effet un danger réel pour les centaines d’enfants des écoles alentours qui l’empruntent chaque jour. Or, ce carrefour n’est ni aménagé correctement, ni doté d’une personne (« point école ») assurant la traversée des enfants aux heures de flux scolaires.

Pour établir la fréquentation (nombres, horaires) de ce carrefour par les enfants, les trois associations que nous représentons ont établi une étude précise, dont vous trouverez les principaux résultats en annexe de ce courrier, dans un document adressé à la Mairie le 27 novembre 2016. Nous attirons votre attention sur le fait que ce travail important a été réalisé bénévolement et sans autre appui que celui de nos adhérents.

Il n’a pas été, loin de là, la seule démarche que nous avons entreprise pour alerter les autorités locales. Pour que nos préoccupations soient prises en compte, nous avons mené depuis un an un nombre considérable d’actions que vous trouverez listées dans le courrier joint, adressé à M. le Maire le 21 avril 2017 – pour lequel nous avons reçu une réponse, annexée elle aussi à ce message.

Bien sûr, nous comprenons fort bien la complexité « administrative » de ce carrefour, relevant à la fois des compétences municipale, départementale et fluviale. Nous savons par ailleurs qu’il devrait faire l’objet d’un réaménagement, incluant en particulier un changement de sens de circulation et la réduction du nombre de voies. Néanmoins, ces modifications à venir ne répondent pas aux problématiques de sécurité que nous constatons quotidiennement. Il est donc urgent que nous puissions disposer d’un point école (comme pour les autres passages piétons de Joinville situés à proximité d’une école) et que la vitesse du trafic routier soit restreinte, y compris mécaniquement s’il le faut (dos d’âne) ou en la contrôlant mieux (radars, etc.).

Nous nous sentons dans l’obligation d’agir rapidement, avant qu’un accident n’advienne ; tout soutien de votre part pour nous aider à mieux sécuriser ce carrefour sera apprécié. En vous remerciant pour votre attention, veuillez recevoir, Madame, nos salutations les meilleures.

Stéphanie DUPLAIX Présidente de la FCPE 

Véronique BLOT Présidente de la PEEP

Christophe BRETON  Président de l’UNAAPE

 

 

Toutes les actualités